Le mémorial

Le mémorial de Berlin-Hohenschönhausen est l'un des aboutissements de la Révolution pacifique : si les citoyens de l'Allemagne de l'Est n'étaient pas descendus dans la rue à l'automne 1989 et s'ils n'avaient pas contraint les autorités à mettre en place des élections libres, le site serait probablement aujourd'hui encore le centre de détention provisoire du Ministère pour la Sûreté de l'Etat (Ministerium für Staatssicherheit).

  • La création du mémorial

    Les derniers détenus politiques du centre de détention provisoire de Berlin-Hohenschönhausen ont été libérés en décembre 1989. Dès le début des années 1990, d'anciens prisonniers se sont employés à y ériger un mémorial. Cet engagement a porté ses fruits puisqu'en 1992, tout le secteur de la prison et ses différentes parties ont été classés "Monument historique". Deux ans plus tard, le lieu était pour la première fois ouvert au public. En décembre 1995, la Direction chargée de la Culture du Sénat de Berlin (soit le Gouvernement de la Ville-Land de Berlin) créa une fondation ad hoc dont la fonction était de jeter les bases de l’institutionnalisation d’un mémorial. L'Etat et le Land participèrent à parts égales à ces dépenses.

    Un groupe de travail scientifique, ensuite, élabora un programme-cadre pour déterminer le travail futur de la fondation. Sur cette base, la Chambre des députés de Berlin (soit le Parlement de la Ville-Land de Berlin) a adopté en juin 2000 la loi créant la "Fondation du mémorial Berlin-Hohenschönhausen". Au cours des premières années, le mémorial a d'abord été dirigé par Dr. Gabriele Camphausen, puis par intérim par Mechthild Günther. En septembre 2000, le Conseil de fondation nomma l'historien Dr. Hubertus Knabe au poste de directeur scientifique de ladite fondation.

     2014 10 23 Letzte Haeftlinge Haferburg

    Ci-contre : Manfred Haferburg (à gauche) en conversation avec le directeur adjoint du mémorial, Helmuth Frauendorfer. Libéré le 1er novembre 1989, Manfred Haferburg fut l'un des derniers détenus politiques de Hohenschönhausen.

  • Le terrain du mémorial

    Luftbild Gefaengnis 2014 Plusieurs bâtiments dépendent du complexe architectural du mémorial de Berlin-Hohenschönhausen : ainsi, l'ancienne cuisine collective qui, après 1945, servit de camp (nommé "camp spécial n°3"), puis, dans les années 1950, de centre de détention (on l'appelait alors "ancien bâtiment") ; le nouveau bâtiment de trois étages, achevé en 1961, qui comprend l'aile des salles d'interrogatoire ; l'hôpital pénitentiaire de la Stasi, agrandi à plusieurs reprises ; la fabrique comprenant des logements et des ateliers pour environ 25 prisonniers, qui devaient y effectuer diverses tâches manuelles ; une immense aile de garages pour les véhicules des employés, de même qu'un sas pour les voitures ; enfin, les fortifications extérieures avec leurs trois miradors et un mur haut de quatre mètres, protégé de barbelés.

    Il reste que, sur l'ensemble de la surface, certains bâtiments se trouvent particulièrement dégradés en raison de l'inoccupation d'une partie d'entre eux durant plusieurs années, et en raison de méthodes et techniques de construction qui furent insuffisantes pour leur maintien en état.

    Ci-contre : vue aérienne générale (2014).
    © Reimer Wulff

  • Monument historique

    En 1992, tout le complexe de Hohenschönhausen a été classé "Monument historique" (terrain, prison et bâtiments annexes). Pour le protéger du risque de la ruine, les services chargés des constructions et du bâtiment du Sénat de Berlin (soit le Gouvernement de la Ville-Land de Berlin) missionna au printemps 1999 un groupe de travail pour procéder à un état des lieux extrêmement précis : recenser tous les bâtiments existants et évaluer les dégâts. L'un des principaux problèmes qui se posa pour la restauration du lieu a été la superposition de couches, strates et traces de différentes époques : en effet, autant certains éléments avaient été totalement inexploités du temps de la Stasi, autant d'autres furent à ce point modifiés quant à leur structure qu'il a été difficile de retrouver leur état initial. Ce qui compliqua la tâche de la Conservation des Monuments Historiques : parmi les mesures à prendre, il fallut chaque fois décider quelle partie du lieu devait être en priorité restaurée et de quelle manière.

    Afin de permettre l'utilisation du mémorial dans de bonnes conditions, d'importants travaux de transformation ont alors été réalisés : ainsi, la cafétéria, la librairie, les bureaux administratifs ont été entièrement conçus, tandis que toutes les dispositions en matière de prévention des incendies ont été prises. Par ailleurs, il fallut créer et installer les équipements informatiques, des toilettes pour le public et des issues de secours, qui n'existaient évidemment pas à l'époque de l'ancienne prison.

    Baumassnahmen Besucherdienst

    Baumassnahmen Dauerausstellung Les travaux ont démarré en 2000 avec la remise en état, la reconstruction et la transformation de certains bâtiments selon les normes spécifiques aux Monuments Historiques. Excepté l'hôpital pénitentiaire, l'urgence était de procéder à la rénovation des toits, des fenêtres et de la maçonnerie des murs afin que les bâtiments puissent être protégés des intempéries. En 2005, d'importantes mesures furent prises en vue de construire la zone d'entrée et les chemins d'accès aux cellules, la cour intérieure de la prison et l'hôpital. Des travaux de plus grande envergure encore eurent lieu entre 2011 et 2013 : les anciens garages ont fait place à des salles de projection modernes, à une zone d'accueil des visiteurs comprenant en outre une librairie et une cafétéria. Le rez-de-chaussée de l'ancien bâtiment, ensuite, fut complètement dénudé pour permettre l'installation de ce qui allait devenir la salle d'exposition permanente, équipé des techniques les plus modernes. Des espaces supplémentaires ont été construits pour les expositions temporaires et divers évènements, tel le centre de formation et d'information pédagogique.

    Photos : En haut, les garages dénudés pour y installer le futur service d'accueil des visiteurs, la librairie et la cafétéria ; en bas, la salle d'exposition en travaux.

  • Nombre de visiteurs

    Depuis la création de la fondation, 4,4 millions de personnes ont visité l'ancien centre de détention provisoire du service pour la Sûreté de l'État de la RDA (Données : janvier 2017).

    Buergermeister Mueller Gestik Le nombre de visiteurs s'est considérablement accru au fil du temps. Chaque année, plus de 450.000 personnes viennent, y compris des personnalités influentes telles que les Présidents fédéraux successifs, Johannes Rau, Horst Köhler et Joachim Gauck, la Chancelière Angela Merkel ou bien encore, les maires successifs de Berlin, Klaus Wowereit et Michael Müller.

    Au cours de la première année qui suivit l'ouverture du lieu (1994), environ 3.100 visiteurs sont venus. Cinq ans plus tard, le chiffre des visiteurs atteignait 41.500. En 2000, il était de 68.000, et un an après, de 88.700. En janvier 2004, le lieu accueillait la cinq-cent-millième visiteuse. Fin 2005, on dénombrait plus de 141.000 visiteurs, en 2008, environ 250.000 personnes, en 2009, 314.000. En décembre 2015, il accueillait le quatre millionième visiteur - un élève de Bavière. Un record supplémentaire fut enregistré en 2017 : près de 440.000 personnes avaient fréquenté le mémorial.

    Viermillionster Besucher nah Le centre de détention comportant diverses parties (cellules, salles d'interrogatoire, ancien bâtiment et nouveau bâtiment...), une visite s'impose sous la forme d'une visite guidée afin de prendre toute la mesure de l'histoire de ce lieu. La formule de la visite guidée est par ailleurs motivée par des mesures de surveillance du lieu, particulièrement étendu. Le plus souvent, la plupart des visiteurs participent à une visite en groupe, à laquelle ils se sont préalablement inscrits. On constate cependant que le nombre de visiteurs individuels, en particulier le week-end, n'a eu de cesse d'augmenter. Cette affluence croissante a conduit à une augmentation de l'offre : depuis avril 2001, le mémorial est désormais ouvert tous les jours. En semaine, trois visites minimum guidées sont organisées quotidiennement pour les visiteurs individuels, et, les week-ends et jours fériés, toutes les heures entre 10 h et 16 h. En règle générale, ce sont d'anciens détenus politiques qui commentent les visites. Vous trouverez toutes les informations sur les visites guidées et les tarifs ici.

    Photo 1: Le maire de Berlin, Michael Müller, en visite au mémorial
    Photo 2: Accueil du quatre millionème visiteur
    © Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen