Camp spécial

En mai 1945, la puissance d’occupation soviétique saisit le terrain du 66 de la rue Genslerstraße. Ce terrain servait en 1939 de cuisine collective à destination de l’Aide sociale national-socialiste (NSV, Nationalsozialistische Volkswohlfahrt). Les Soviétiques récupérèrent ce complexe de bâtiments restés vides et quelques baraques, et l’aménagèrent en un camp, appelé "camp spécial n°3".

Il dépendait du Commissariat du peuple aux affaires intérieures de Moscou (NKWD, Narodnyï Komissariat Vnoutrennykh Del). S’il servit principalement de camp pour le regroupement et le transit de plus de 16.000 hommes, femmes et jeunes, on organisa également depuis cet endroit des transferts vers les camps spéciaux de Ketschendorf et de Weesow, et vers l’ancien camp de concentration de Sachsenhausen. Show more

Les conditions de vie y étaient catastrophiques. Dans un espace réduit à son maximum, on y entassait parfois jusqu’à 4.200 personnes. Les conditions d’hygiène, la nourriture et les soins médicaux étaient largement insuffisants et les locaux étaient non chauffés. Selon les calculs du mémorial, environ 1.000 personnes y laissèrent leur vie et leurs cadavres anonymes furent enfouis dans des cratères de bombes.

La plupart des prisonniers arrivaient dans ce camp sur la base de l’ordre soviétique 00315 du 18 avril 1945 : ce dernier stipulait que devaient être arrêtés les espions, les saboteurs, terroristes, activistes nazis, membres des services secrets et de la police allemands, les fonctionnaires et autres "éléments ennemis". Des adolescents à partir de douze ans pouvaient même être enfermés dans ce lieu sous prétexte d’une prétendue activité clandestine. Une simple dénonciation suffisait à faire incarcérer une personne. Ce fut ainsi le cas du comédien Heinrich George. A partir de 1946 furent également internés tous les opposants à la puissance d’occupation soviétique et au parti socialiste unifié d'Allemagne de l'Est (SED, Sozialistische Einheitspartei Deutschlands). Le camp spécial fut dissous en novembre 1946 et les prisonniers déplacés vers d’autres camps.

Dans la rue Genslerstraße se trouvait également l’administration centrale des dix camps spéciaux d’Allemagne. D’après les données officielles - incomplètes -, plus de 122.000 Allemands y furent enfermés et plus d’un tiers d’entre eux mourut en détention. La plupart des prisonniers étaient retenus des années durant sans jamais avoir comparu devant un tribunal. A partir de 1947, de plus en plus de personnes arrivèrent dans ce camp après avoir été jugées par un tribunal militaire soviétique (SMT, Sowjetische Militärtribunal) pour des prétendus crimes "contre-révolutionnaires".

Au début de l’année 1950, les trois derniers camps spéciaux - Bautzen, Buchenwald et Sachsenhausen - furent définitivement fermés.

Altbau Aussenansicht

Le bâtiment en briques était la cuisine collective initiale dans laquelle le camp spécial fut aménagé
© Thomas Weber - webrock-foto.de

Sowjetischer Lagerzaun

Clôture en bois de l'époque du camp spécial soviétique, prise de vue des années 1950
© Bundesarchiv