Zone interdite

Le centre de détention préventive du MfS (Ministeriums für Staatssicherheit, Ministère de la Sûreté de l’Etat) à Berlin-Hohenschönhausen se trouvait dans une zone militaire interdite étendue. Depuis l’extérieur, les personnes non autorisées ne pouvaient apercevoir que des portes en tôle fermées, des miradors, des caméras de surveillance et des forces de sécurité armées. Sur les plans de la ville de Berlin-Est d’ailleurs, seule une surface vide matérialisait le terrain. Show more

En 1945 déjà, la zone interdite avait été aménagée par les services secrets soviétiques, puis constitua, après la partition de la ville à Berlin-Karlshorst en deux zones militaires, la deuxième plus importante du même type à Berlin-Est. A l’intérieur de l’enceinte se trouvaient le camp spécial n°3 jusqu’en 1946, puis successivement, une prison et un camp de travaux forcés jusqu’en 1948-1949. En outre, y siégeaient les services administratifs du camp spécial du Ministère soviétique de l’Intérieur. De 1947 à 1951, s’y trouvait également le siège du MGB pour la ville de Berlin (Ministerstvo Gossoudarstvennoï Bezopasnosti, prédécesseur du KGB), ainsi que le service central d’enquête des services soviétiques de sécurité de l’Etat de Hohenschönhausen.

En 1951, les services soviétiques de sécurité de la RDA reprirent la zone interdite. A côté de la maison d’arrêt centrale, du camp de travail « X » et des deux services compétents pour l’exécution de la détention préventive (soit essentiellement des interrogatoires), y résidait toute une série d’autres équipements placés sous le contrôle du Mfs:

  • L’OTS (Operativ-Technischer Sektor: branche opérationnelle et technique de la HVA - Hauptverwaltung Aufklärung, service de renseignement extérieur de la RDA), responsable entre autres de la fabrication des tables d’écoute, caméras cachées et faux passeports.
  • Le département BCD (Bewaffnung / Chemischer Dienst – Armement et services chimiques), dont la fonction consistait en l'entretien des armes et l'organisation des préparatifs à la guerre.
  • Des composantes de la VRD (Verwaltung Rückwärtige Dienste – Services administratifs d’intendance) compétentes pour les projets de construction, les véhicules automobiles et restaurants du MfS.
  • Enfin, une cantine et une partie de la HVA (Hauptverwaltung Aufklärung) en charge de l’espionnage électronique à l’Ouest.
  • Jusqu’en 1984 s’y trouvait le Département XII des Archives centrales et des Fichiers de renseignements de la Stasi.

Après le bâtiment de la rue Normannenstraße qui constituait le siège du Ministre de la Sûreté de l’Etat, Erich Mielke, la zone interdite à Hohenschönhausen était le lieu plus important de la Stasi à Berlin.

 

Plan Sperrgebiet

Plan de la zone interdite avec des marques écrites à la main pour les services de la Stasi. L'ancienne maison d'arrêt est en noir.
© BStU

Hauptgebaeude Haftkrankenhaus 1990

Ancien bâtiment et hôpital pénitentiaire avec la rue attenante Lichtenauer Straße, Novembre 1990
© Landesarchiv Berlin

Haupttor 1990

Porte d'entrée de la prison, Novembre 1990
© Landesarchiv Berlin